Nos télécoms, nos emplois.

Nos télécoms, nos emplois.

Nos télécoms,
nos emplois.

Nos télécoms,
nos emplois.

Nos télécoms,
nos emplois.

EMPLOIS DÉLOCALISÉS, SÉCURITÉ FRAGILISÉE.

EMPLOIS DÉLOCALISÉS, SÉCURITÉ FRAGILISÉE.

EMPLOIS DÉLOCALISÉS,
SÉCURITÉ FRAGILISÉE.

EMPLOIS DÉLOCALISÉS,
SÉCURITÉ FRAGILISÉE.

EMPLOIS DÉLOCALISÉS,
SÉCURITÉ FRAGILISÉE.

Télécoms canadiennes :
Vecteur de relance ou de précarité?

Télécoms canadiennes :
Vecteur de relance ou de précarité?

Télécoms canadiennes :
Vecteur de relance ou de précarité?

Télécoms canadiennes :
Vecteur de relance ou de précarité?

Télécoms canadiennes :
Vecteur de relance ou de précarité?

Saviez-vous que les entreprises de télécommunications du Canada utilisent couramment des centres d’appels ou de la main d’oeuvre à l’étranger? Malgré le fait que les grandes télécoms canadiennes bénéficient de subventions et d’autres protections de la part du gouvernement fédéral, certaines de ces télécoms ont transféré des dizaines de milliers d'emplois à l’extérieur du pays. Ce n’est pas acceptable!

Si vous êtes parmi les 84% des Québécoises et Québécois qui s’inquiètent de la délocalisation de ces emplois ou des 92% qui pensent que les télécoms ont un rôle clé à jouer dans nos économies locales, signez la lettre plus bas pour dire aux ministres responsables qu’il faut que ça cesse!

Saviez-vous que les entreprises de télécommunications du Canada utilisent couramment des centres d’appels ou de la main d’oeuvre à l’étranger? Malgré le fait que les grandes télécoms canadiennes bénéficient de subventions et d’autres protections de la part du gouvernement fédéral, certaines de ces télécoms ont transféré des dizaines de milliers d'emplois à l’extérieur du pays. Ce n’est pas acceptable!

Si vous êtes parmi les 84% des Québécoises et Québécois qui s’inquiètent de la délocalisation de ces emplois ou des 92% qui pensent que les télécoms ont un rôle clé à jouer dans nos économies locales, signez la lettre plus bas pour dire aux ministres responsables qu’il faut que ça cesse!

Saviez-vous que les entreprises de télécommunications du Canada utilisent couramment des centres d’appels ou de la main d’oeuvre à l’étranger? Malgré le fait que les grandes télécoms canadiennes bénéficient de subventions et d’autres protections de la part du gouvernement fédéral, certaines de ces télécoms ont transféré des dizaines de milliers d'emplois à l’extérieur du pays. Ce n’est pas acceptable!

Si vous êtes parmi les 84% des Québécoises et Québécois qui s’inquiètent de la délocalisation de ces emplois ou des 92% qui pensent que les télécoms ont un rôle clé à jouer dans nos économies locales, signez la lettre plus bas pour dire aux ministres responsables qu’il faut que ça cesse!

Saviez-vous que les entreprises de télécommunications du Canada utilisent couramment des centres d’appels ou de la main d’oeuvre à l’étranger? Malgré le fait que les grandes télécoms canadiennes bénéficient de subventions et d’autres protections de la part du gouvernement fédéral, certaines de ces télécoms ont transféré des dizaines de milliers d'emplois à l’extérieur du pays. Ce n’est pas acceptable!

Si vous êtes parmi les 84% des Québécoises et Québécois qui s’inquiètent de la délocalisation de ces emplois ou des 92% qui pensent que les télécoms ont un rôle clé à jouer dans nos économies locales, signez la lettre plus bas pour dire aux ministres responsables qu’il faut que ça cesse!

Saviez-vous que les entreprises de télécommunications du Canada utilisent couramment des centres d’appels ou de la main d’oeuvre à l’étranger? Malgré le fait que les grandes télécoms canadiennes bénéficient de subventions et d’autres protections de la part du gouvernement fédéral, certaines de ces télécoms ont transféré des dizaines de milliers d'emplois à l’extérieur du pays. Ce n’est pas acceptable!

Si vous êtes parmi les 84% des Québécoises et Québécois qui s’inquiètent de la délocalisation de ces emplois ou des 92% qui pensent que les télécoms ont un rôle clé à jouer dans nos économies locales, signez la lettre plus bas pour dire aux ministres responsables qu’il faut que ça cesse!

Votre vie privée est-elle protégée?

Votre vie privée est-elle protégée?

Votre vie privée est-elle protégée?

Votre vie privée est-elle protégée?

Votre vie privée est-elle protégée?

Au Canada, plus de 30 millions de personnes ont été victimes d’une atteinte à la sécurité de leurs renseignements privés ou financiers. Malgré cela, nos grandes télécoms continuent de délocaliser plusieurs emplois vers des pays où il n’y a pas les mêmes protections des données et de la vie privée. Alors plutôt que de garder et de protéger vos données ici, on vous demande de confier vos renseignements personnels à des sous-traitants qui se situent aux quatre coins du globe. Ça vous semble normal?

Au Canada, plus de 30 millions de personnes ont été victimes d’une atteinte à la sécurité de leurs renseignements privés ou financiers. Malgré cela, nos grandes télécoms continuent de délocaliser plusieurs emplois vers des pays où il n’y a pas les mêmes protections des données et de la vie privée. Alors plutôt que de garder et de protéger vos données ici, on vous demande de confier vos renseignements personnels à des sous-traitants qui se situent aux quatre coins du globe. Ça vous semble normal?

Au Canada, plus de 30 millions de personnes ont été victimes d’une atteinte à la sécurité de leurs renseignements privés ou financiers. Malgré cela, nos grandes télécoms continuent de délocaliser plusieurs emplois vers des pays où il n’y a pas les mêmes protections des données et de la vie privée. Alors plutôt que de garder et de protéger vos données ici, on vous demande de confier vos renseignements personnels à des sous-traitants qui se situent aux quatre coins du globe. Ça vous semble normal?

Au Canada, plus de 30 millions de personnes ont été victimes d’une atteinte à la sécurité de leurs renseignements privés ou financiers. Malgré cela, nos grandes télécoms continuent de délocaliser plusieurs emplois vers des pays où il n’y a pas les mêmes protections des données et de la vie privée. Alors plutôt que de garder et de protéger vos données ici, on vous demande de confier vos renseignements personnels à des sous-traitants qui se situent aux quatre coins du globe. Ça vous semble normal?

Au Canada, plus de 30 millions de personnes ont été victimes d’une atteinte à la sécurité de leurs renseignements privés ou financiers. Malgré cela, nos grandes télécoms continuent de délocaliser plusieurs emplois vers des pays où il n’y a pas les mêmes protections des données et de la vie privée. Alors plutôt que de garder et de protéger vos données ici, on vous demande de confier vos renseignements personnels à des sous-traitants qui se situent aux quatre coins du globe. Ça vous semble normal?

Agent téléphonique

Un rapport de force déséquilibré

Un rapport de force déséquilibré

Un rapport de force déséquilibré

Un rapport de force déséquilibré

Un rapport de force déséquilibré

En permettant la délocalisation des emplois outre-mer, le gouvernement favorise les patrons au détriment des travailleuses et travailleurs, car il n’y a pas de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. C’est ce dernier qui s’applique aux relations de travail dans les entreprises de télécommunications puisqu’elles sont de compétence fédérale.

Le rapport de force est donc rompu, dans ce secteur de l’économie, puisque les employeurs peuvent faire faire le travail à distance pendant une grève ou un lock-out, sans que les syndicats puissent s’y opposer ou contester la pratique. Il faut rétablir l’équilibre en interdisant les briseurs de grève!

En permettant la délocalisation des emplois outre-mer, le gouvernement favorise les patrons au détriment des travailleuses et travailleurs, car il n’y a pas de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. C’est ce dernier qui s’applique aux relations de travail dans les entreprises de télécommunications puisqu’elles sont de compétence fédérale.

Le rapport de force est donc rompu, dans ce secteur de l’économie, puisque les employeurs peuvent faire faire le travail à distance pendant une grève ou un lock-out, sans que les syndicats puissent s’y opposer ou contester la pratique. Il faut rétablir l’équilibre en interdisant les briseurs de grève!

En permettant la délocalisation des emplois outre-mer, le gouvernement favorise les patrons au détriment des travailleuses et travailleurs, car il n’y a pas de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. C’est ce dernier qui s’applique aux relations de travail dans les entreprises de télécommunications puisqu’elles sont de compétence fédérale.

Le rapport de force est donc rompu, dans ce secteur de l’économie, puisque les employeurs peuvent faire faire le travail à distance pendant une grève ou un lock-out, sans que les syndicats puissent s’y opposer ou contester la pratique. Il faut rétablir l’équilibre en interdisant les briseurs de grève!

En permettant la délocalisation des emplois outre-mer, le gouvernement favorise les patrons au détriment des travailleuses et travailleurs, car il n’y a pas de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. C’est ce dernier qui s’applique aux relations de travail dans les entreprises de télécommunications puisqu’elles sont de compétence fédérale.

Le rapport de force est donc rompu, dans ce secteur de l’économie, puisque les employeurs peuvent faire faire le travail à distance pendant une grève ou un lock-out, sans que les syndicats puissent s’y opposer ou contester la pratique. Il faut rétablir l’équilibre en interdisant les briseurs de grève!

En permettant la délocalisation des emplois outre-mer, le gouvernement favorise les patrons au détriment des travailleuses et travailleurs, car il n’y a pas de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. C’est ce dernier qui s’applique aux relations de travail dans les entreprises de télécommunications puisqu’elles sont de compétence fédérale.

Le rapport de force est donc rompu, dans ce secteur de l’économie, puisque les employeurs peuvent faire faire le travail à distance pendant une grève ou un lock-out, sans que les syndicats puissent s’y opposer ou contester la pratique. Il faut rétablir l’équilibre en interdisant les briseurs de grève!

Envoyons un message clair

Envoyons un message clair

Envoyons un message clair

Envoyons un message clair

Envoyons un message clair

En un clic, nous pouvons envoyer un message clair au Gouvernement du Canada. Disons au gouvernement qu’il doit agir maintenant pour s’assurer que nos données et nos emplois restent ici, au Canada. Appuyez notre démarche en remplissant le formulaire ci-dessous.

En un clic, nous pouvons envoyer un message clair au Gouvernement du Canada. Disons au gouvernement qu’il doit agir maintenant pour s’assurer que nos données et nos emplois restent ici, au Canada. Appuyez notre démarche en remplissant le formulaire ci-dessous.

En un clic, nous pouvons envoyer un message clair au Gouvernement du Canada. Disons au gouvernement qu’il doit agir maintenant pour s’assurer que nos données et nos emplois restent ici, au Canada. Appuyez notre démarche en remplissant le formulaire ci-dessous.

En un clic, nous pouvons envoyer un message clair au Gouvernement du Canada. Disons au gouvernement qu’il doit agir maintenant pour s’assurer que nos données et nos emplois restent ici, au Canada. Appuyez notre démarche en remplissant le formulaire ci-dessous.

En un clic, nous pouvons envoyer un message clair au Gouvernement du Canada. Disons au gouvernement qu’il doit agir maintenant pour s’assurer que nos données et nos emplois restent ici, au Canada. Appuyez notre démarche en remplissant le formulaire ci-dessous.

Participez

Envoyons un message clair: les services des télécoms doivent demeurer locaux et sécurisés!

Participez

Envoyons un message clair: les services des télécoms doivent demeurer locaux et sécurisés!

Participez

Envoyons un message clair: les services des télécoms doivent demeurer locaux et sécurisés!

Participez

Envoyons un message clair: les services des télécoms doivent demeurer locaux et sécurisés!

Participez

Envoyons un message clair: les services des télécoms doivent demeurer locaux et sécurisés!

Madame la Ministre,
Monsieur le Ministre,
Je vous écris, car je m’inquiète du déplacement d’emplois bien rémunérés en télécommunications dans des pays où les conditions de travail sont moins avantageuses qu’ici. Cela nuit à notre économie et aux négociations des conditions de travail dans cette industrie, en plus de mettre à risque nos renseignements personnels.
 
Je déplore la délocalisation d’emplois à laquelle se livrent de grandes entreprises de télécommunications canadiennes très profitables, qui bénéficient d’importantes subventions. Uniquement pour le déploiement d’Internet à large bande, le gouvernement fédéral a annoncé des investissements de près de 6,5 milliards de dollars depuis 2015 pour financer directement les infrastructures de ces compagnies dans les régions encore mal desservies. Il faut ajouter à cela les fonds mis en place par les différents gouvernements provinciaux et les 2 milliards de dollars de prêts à taux préférentiels offerts par la Banque de l’infrastructure du Canada. Tout cet argent public vise à atteindre un objectif essentiel : connecter l’ensemble de la population à Internet haute vitesse, un service dont tous les aspects de nos vies dépendent plus que jamais.
 
Je me demande cependant pourquoi l’on permet aux entreprises canadiennes bénéficiaires de ces sommes de nuire à notre économie en transférant des emplois à l’étranger. C’est sans compter que le travail est délocalisé dans des pays où les salaires sont plus bas et ne rapportent aucun impôt au Canada.
 
Je suis d’avis que les emplois en télécommunications devraient rester au Canada, à moins que l’entreprise ne fasse la preuve d’une pénurie de main-d’œuvre confirmée par le gouvernement. Cette procédure n’a rien d’extraordinaire puisqu’elle est déjà exigée des compagnies canadiennes qui veulent embaucher du personnel à l’étranger de façon temporaire.
 
De plus, le gouvernement fédéral devrait reconsidérer sa position face à l’inclusion de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. L’absence de cette protection, combinée à la possibilité de délocaliser le travail à l’extérieur de nos frontières, déséquilibre grandement le rapport de force en faveur des employeurs lors des négociations pour le renouvellement des conventions collectives. La loi québécoise interdit les briseurs de grève depuis fort longtemps. Il est temps que le gouvernement fédéral se mette à la page!
 
Enfin, je m’inquiète pour la protection de mes renseignements personnels maintenant qu’une partie significative des services à la clientèle et des services techniques des entreprises de télécommunications sont situés à l’étranger. Où sont dorénavant hébergées mes données personnelles? Qui en assure la protection et selon quelles lois? Celles du Canada ou celles du pays où se trouve le sous-traitant du fournisseur canadien? Même si les lois canadiennes ne sont pas parfaites, elles protègent mieux les renseignements personnels que celles de certains États où sont situés les centres d'appels des compagnies de télécommunications. Il faut mieux nous protéger!
 
Je joins donc ma voix à la campagne du SCFP-Québec et d'Unifor-Québec pour demander au gouvernement fédéral :

Madame la Ministre,
Monsieur le Ministre,
Je vous écris, car je m’inquiète du déplacement d’emplois bien rémunérés en télécommunications dans des pays où les conditions de travail sont moins avantageuses qu’ici. Cela nuit à notre économie et aux négociations des conditions de travail dans cette industrie, en plus de mettre à risque nos renseignements personnels.
 
Je déplore la délocalisation d’emplois à laquelle se livrent de grandes entreprises de télécommunications canadiennes très profitables, qui bénéficient d’importantes subventions. Uniquement pour le déploiement d’Internet à large bande, le gouvernement fédéral a annoncé des investissements de près de 6,5 milliards de dollars depuis 2015 pour financer directement les infrastructures de ces compagnies dans les régions encore mal desservies. Il faut ajouter à cela les fonds mis en place par les différents gouvernements provinciaux et les 2 milliards de dollars de prêts à taux préférentiels offerts par la Banque de l’infrastructure du Canada. Tout cet argent public vise à atteindre un objectif essentiel : connecter l’ensemble de la population à Internet haute vitesse, un service dont tous les aspects de nos vies dépendent plus que jamais.
 
Je me demande cependant pourquoi l’on permet aux entreprises canadiennes bénéficiaires de ces sommes de nuire à notre économie en transférant des emplois à l’étranger. C’est sans compter que le travail est délocalisé dans des pays où les salaires sont plus bas et ne rapportent aucun impôt au Canada.
 
Je suis d’avis que les emplois en télécommunications devraient rester au Canada, à moins que l’entreprise ne fasse la preuve d’une pénurie de main-d’œuvre confirmée par le gouvernement. Cette procédure n’a rien d’extraordinaire puisqu’elle est déjà exigée des compagnies canadiennes qui veulent embaucher du personnel à l’étranger de façon temporaire.
 
De plus, le gouvernement fédéral devrait reconsidérer sa position face à l’inclusion de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. L’absence de cette protection, combinée à la possibilité de délocaliser le travail à l’extérieur de nos frontières, déséquilibre grandement le rapport de force en faveur des employeurs lors des négociations pour le renouvellement des conventions collectives. La loi québécoise interdit les briseurs de grève depuis fort longtemps. Il est temps que le gouvernement fédéral se mette à la page!
 
Enfin, je m’inquiète pour la protection de mes renseignements personnels maintenant qu’une partie significative des services à la clientèle et des services techniques des entreprises de télécommunications sont situés à l’étranger. Où sont dorénavant hébergées mes données personnelles? Qui en assure la protection et selon quelles lois? Celles du Canada ou celles du pays où se trouve le sous-traitant du fournisseur canadien? Même si les lois canadiennes ne sont pas parfaites, elles protègent mieux les renseignements personnels que celles de certains États où sont situés les centres d'appels des compagnies de télécommunications. Il faut mieux nous protéger!
 
Je joins donc ma voix à la campagne du SCFP-Québec et d'Unifor-Québec pour demander au gouvernement fédéral :

Madame la Ministre,
Monsieur le Ministre,
Je vous écris, car je m’inquiète du déplacement d’emplois bien rémunérés en télécommunications dans des pays où les conditions de travail sont moins avantageuses qu’ici. Cela nuit à notre économie et aux négociations des conditions de travail dans cette industrie, en plus de mettre à risque nos renseignements personnels.
 
Je déplore la délocalisation d’emplois à laquelle se livrent de grandes entreprises de télécommunications canadiennes très profitables, qui bénéficient d’importantes subventions. Uniquement pour le déploiement d’Internet à large bande, le gouvernement fédéral a annoncé des investissements de près de 6,5 milliards de dollars depuis 2015 pour financer directement les infrastructures de ces compagnies dans les régions encore mal desservies. Il faut ajouter à cela les fonds mis en place par les différents gouvernements provinciaux et les 2 milliards de dollars de prêts à taux préférentiels offerts par la Banque de l’infrastructure du Canada. Tout cet argent public vise à atteindre un objectif essentiel : connecter l’ensemble de la population à Internet haute vitesse, un service dont tous les aspects de nos vies dépendent plus que jamais.
 
Je me demande cependant pourquoi l’on permet aux entreprises canadiennes bénéficiaires de ces sommes de nuire à notre économie en transférant des emplois à l’étranger. C’est sans compter que le travail est délocalisé dans des pays où les salaires sont plus bas et ne rapportent aucun impôt au Canada.
 
Je suis d’avis que les emplois en télécommunications devraient rester au Canada, à moins que l’entreprise ne fasse la preuve d’une pénurie de main-d’œuvre confirmée par le gouvernement. Cette procédure n’a rien d’extraordinaire puisqu’elle est déjà exigée des compagnies canadiennes qui veulent embaucher du personnel à l’étranger de façon temporaire.
 
De plus, le gouvernement fédéral devrait reconsidérer sa position face à l’inclusion de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. L’absence de cette protection, combinée à la possibilité de délocaliser le travail à l’extérieur de nos frontières, déséquilibre grandement le rapport de force en faveur des employeurs lors des négociations pour le renouvellement des conventions collectives. La loi québécoise interdit les briseurs de grève depuis fort longtemps. Il est temps que le gouvernement fédéral se mette à la page!
 
Enfin, je m’inquiète pour la protection de mes renseignements personnels maintenant qu’une partie significative des services à la clientèle et des services techniques des entreprises de télécommunications sont situés à l’étranger. Où sont dorénavant hébergées mes données personnelles? Qui en assure la protection et selon quelles lois? Celles du Canada ou celles du pays où se trouve le sous-traitant du fournisseur canadien? Même si les lois canadiennes ne sont pas parfaites, elles protègent mieux les renseignements personnels que celles de certains États où sont situés les centres d'appels des compagnies de télécommunications. Il faut mieux nous protéger!
 
Je joins donc ma voix à la campagne du SCFP-Québec et d'Unifor-Québec pour demander au gouvernement fédéral :

Madame la Ministre,
Monsieur le Ministre,
Je vous écris, car je m’inquiète du déplacement d’emplois bien rémunérés en télécommunications dans des pays où les conditions de travail sont moins avantageuses qu’ici. Cela nuit à notre économie et aux négociations des conditions de travail dans cette industrie, en plus de mettre à risque nos renseignements personnels.
 
Je déplore la délocalisation d’emplois à laquelle se livrent de grandes entreprises de télécommunications canadiennes très profitables, qui bénéficient d’importantes subventions. Uniquement pour le déploiement d’Internet à large bande, le gouvernement fédéral a annoncé des investissements de près de 6,5 milliards de dollars depuis 2015 pour financer directement les infrastructures de ces compagnies dans les régions encore mal desservies. Il faut ajouter à cela les fonds mis en place par les différents gouvernements provinciaux et les 2 milliards de dollars de prêts à taux préférentiels offerts par la Banque de l’infrastructure du Canada. Tout cet argent public vise à atteindre un objectif essentiel : connecter l’ensemble de la population à Internet haute vitesse, un service dont tous les aspects de nos vies dépendent plus que jamais.
 
Je me demande cependant pourquoi l’on permet aux entreprises canadiennes bénéficiaires de ces sommes de nuire à notre économie en transférant des emplois à l’étranger. C’est sans compter que le travail est délocalisé dans des pays où les salaires sont plus bas et ne rapportent aucun impôt au Canada.
 
Je suis d’avis que les emplois en télécommunications devraient rester au Canada, à moins que l’entreprise ne fasse la preuve d’une pénurie de main-d’œuvre confirmée par le gouvernement. Cette procédure n’a rien d’extraordinaire puisqu’elle est déjà exigée des compagnies canadiennes qui veulent embaucher du personnel à l’étranger de façon temporaire.
 
De plus, le gouvernement fédéral devrait reconsidérer sa position face à l’inclusion de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. L’absence de cette protection, combinée à la possibilité de délocaliser le travail à l’extérieur de nos frontières, déséquilibre grandement le rapport de force en faveur des employeurs lors des négociations pour le renouvellement des conventions collectives. La loi québécoise interdit les briseurs de grève depuis fort longtemps. Il est temps que le gouvernement fédéral se mette à la page!
 
Enfin, je m’inquiète pour la protection de mes renseignements personnels maintenant qu’une partie significative des services à la clientèle et des services techniques des entreprises de télécommunications sont situés à l’étranger. Où sont dorénavant hébergées mes données personnelles? Qui en assure la protection et selon quelles lois? Celles du Canada ou celles du pays où se trouve le sous-traitant du fournisseur canadien? Même si les lois canadiennes ne sont pas parfaites, elles protègent mieux les renseignements personnels que celles de certains États où sont situés les centres d'appels des compagnies de télécommunications. Il faut mieux nous protéger!
 
Je joins donc ma voix à la campagne du SCFP-Québec et d'Unifor-Québec pour demander au gouvernement fédéral :

Madame la Ministre,
Monsieur le Ministre,
Je vous écris, car je m’inquiète du déplacement d’emplois bien rémunérés en télécommunications dans des pays où les conditions de travail sont moins avantageuses qu’ici. Cela nuit à notre économie et aux négociations des conditions de travail dans cette industrie, en plus de mettre à risque nos renseignements personnels.
 
Je déplore la délocalisation d’emplois à laquelle se livrent de grandes entreprises de télécommunications canadiennes très profitables, qui bénéficient d’importantes subventions. Uniquement pour le déploiement d’Internet à large bande, le gouvernement fédéral a annoncé des investissements de près de 6,5 milliards de dollars depuis 2015 pour financer directement les infrastructures de ces compagnies dans les régions encore mal desservies. Il faut ajouter à cela les fonds mis en place par les différents gouvernements provinciaux et les 2 milliards de dollars de prêts à taux préférentiels offerts par la Banque de l’infrastructure du Canada. Tout cet argent public vise à atteindre un objectif essentiel : connecter l’ensemble de la population à Internet haute vitesse, un service dont tous les aspects de nos vies dépendent plus que jamais.
 
Je me demande cependant pourquoi l’on permet aux entreprises canadiennes bénéficiaires de ces sommes de nuire à notre économie en transférant des emplois à l’étranger. C’est sans compter que le travail est délocalisé dans des pays où les salaires sont plus bas et ne rapportent aucun impôt au Canada.
 
Je suis d’avis que les emplois en télécommunications devraient rester au Canada, à moins que l’entreprise ne fasse la preuve d’une pénurie de main-d’œuvre confirmée par le gouvernement. Cette procédure n’a rien d’extraordinaire puisqu’elle est déjà exigée des compagnies canadiennes qui veulent embaucher du personnel à l’étranger de façon temporaire.
 
De plus, le gouvernement fédéral devrait reconsidérer sa position face à l’inclusion de dispositions anti-briseurs de grève dans le Code canadien du travail. L’absence de cette protection, combinée à la possibilité de délocaliser le travail à l’extérieur de nos frontières, déséquilibre grandement le rapport de force en faveur des employeurs lors des négociations pour le renouvellement des conventions collectives. La loi québécoise interdit les briseurs de grève depuis fort longtemps. Il est temps que le gouvernement fédéral se mette à la page!
 
Enfin, je m’inquiète pour la protection de mes renseignements personnels maintenant qu’une partie significative des services à la clientèle et des services techniques des entreprises de télécommunications sont situés à l’étranger. Où sont dorénavant hébergées mes données personnelles? Qui en assure la protection et selon quelles lois? Celles du Canada ou celles du pays où se trouve le sous-traitant du fournisseur canadien? Même si les lois canadiennes ne sont pas parfaites, elles protègent mieux les renseignements personnels que celles de certains États où sont situés les centres d'appels des compagnies de télécommunications. Il faut mieux nous protéger!
 
Je joins donc ma voix à la campagne du SCFP-Québec et d'Unifor-Québec pour demander au gouvernement fédéral :

  • D’éliminer ou de fortement limiter la sous-traitance de nos emplois à l’étranger;
  • d’ajouter des dispositions anti-briseurs de grève au Code canadien du travail, et;
  • de faire passer la protection des renseignements personnels avant les intérêts commerciaux dans la révision des lois sur la vie privée.
  • D’éliminer ou de fortement limiter la sous-traitance de nos emplois à l’étranger;
  • d’ajouter des dispositions anti-briseurs de grève au Code canadien du travail, et;
  • de faire passer la protection des renseignements personnels avant les intérêts commerciaux dans la révision des lois sur la vie privée.
  • D’éliminer ou de fortement limiter la sous-traitance de nos emplois à l’étranger;
  • d’ajouter des dispositions anti-briseurs de grève au Code canadien du travail, et;
  • de faire passer la protection des renseignements personnels avant les intérêts commerciaux dans la révision des lois sur la vie privée.
  • D’éliminer ou de fortement limiter la sous-traitance de nos emplois à l’étranger;
  • d’ajouter des dispositions anti-briseurs de grève au Code canadien du travail, et;
  • de faire passer la protection des renseignements personnels avant les intérêts commerciaux dans la révision des lois sur la vie privée.
  • D’éliminer ou de fortement limiter la sous-traitance de nos emplois à l’étranger;
  • d’ajouter des dispositions anti-briseurs de grève au Code canadien du travail, et;
  • de faire passer la protection des renseignements personnels avant les intérêts commerciaux dans la révision des lois sur la vie privée.
Je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments distingués.
Je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments distingués.
Je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments distingués.
Je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments distingués.
Je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments distingués.

En remplissant ce court formulaire, vous pouvez envoyer cette lettre de campagne directement aux ministres responsables.

En remplissant ce court formulaire, vous pouvez envoyer cette lettre de campagne directement aux ministres responsables.

En remplissant ce court formulaire, vous pouvez envoyer cette lettre de campagne directement aux ministres responsables.

En remplissant ce court formulaire, vous pouvez envoyer cette lettre de campagne directement aux ministres responsables.

En remplissant ce court formulaire, vous pouvez envoyer cette lettre de campagne directement aux ministres responsables.

© 2021 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2021 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2021 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2021 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2021 — Syndicat canadien de la fonction publique